Vernissage de l’installation végéto -textile  » De fil en aiguille »

Le jeudi 7 janvier 2016, au musée Alfred-Danicourt de Péronne, s’est déroulé le vernissage de l’installation végéto textile « De fil en aiguille » réalisée par l’artiste plasticienne Sausen Mustafova en collaboration avec deux classes du lycée agricole de la Haute Somme.

Un travail remarquable  » cousu main  » !

P1060374-petit P1060375-petit P1060376 - petit P1060377-petit P1060378-petit P1060379 - petit P1060380 - petit P1060381 - petit

« Tout vient de fil en aiguille, les idées, les démarches, les réflexions … faut-il encore pouvoir en dire quelque chose, faut-il encore pouvoir transmettre quelque chose à quelqu’un ou encore lui montrer, partager avec lui, lui faire dire ou lire …

Il est intéressant de constater que le mot texte a la même origine que le mot textile, tous deux viennent du latin textus.

Cette installation propose donc de lire dans les mots et dans la matière. Dans la matière, il y a toujours matière à lire ; cette matière est essentiellement végétale : le papier, le tissu, les couleurs, sont au départ des matières végétales brutes. Ici, le papier est  coton ; les couleurs sont garance, campêche, réséda, châtaigne, chlorophylle ; les bois sont tailles des jardins.

Le choix de travailler avec le végétal vient d’une préoccupation à la fois écologique et économique. Il s’agit de faire avec ce qui est donné par la nature et de faire avec peu. Il s’agit de faire avec cette contrainte que la nature elle-même impose au fil des saisons et dans l’environnement dans lequel on se trouve. La nature nous impose un temps et nous enracine dans le temps, elle nous rend conscient de notre place dans l’univers et nous rappelle que tout ne tient qu’à un fil : Le fil de la mémoire, le fil de l’eau, le fil d’Ariane.  La vie elle-même n’est que le fil sur lequel on se tient comme un fil-de-fériste, toujours en équilibre précaire.

Le fil qui nous tient à la vie, le fil avec lequel on tisse nos vies, le fil qui se rompt et nous voilà devant la déchirure, nous passons notre temps à repriser notre mémoire, pour ficeler un sens à nos existences.

Voilà pourquoi, tissus, fil, papier, branche, ciseau et points de couture font l’ouvrage. »

Sausen MUSTAFOVA